Date

La crise sanitaire a été un virage particulièrement éprouvant pour la fréquentation des cinémas français. Les professionnels du secteur avaient pourtant espoir, qu’une fois celle-ci derrière nous, les chiffres remonteraient d’eux-mêmes. Cela n’a pas été le cas et, le mois de septembre 2022 figure parmi les pires mois de fréquentation depuis quarante ans. En cause le changement de comportement des spectateurs et l’offre de films.

Une fréquentation cinématographique jamais vue depuis quarante ans

Selon les chiffres du Centre National du Cinéma, la fréquentation des salles en septembre 2022 aura été de 7.38 millions d’entrées. Ce serait le chiffre le plus bas enregistré depuis septembre 1980. D’autre part, la fréquentation globale serait aussi inférieure de 29.1 % par rapport à la moyenne des fréquentations des années 2017-2019.

Il a, de plus, été constaté sur l’année 2022, que la période estivale (juillet et août) a connu une évolution négative de la fréquentation alors que juin semblait prometteur avec 27.5 % de fréquentation de plus par rapport à juin 2020. Comment expliquer ces chiffres ?

Une offre de films insuffisante

Parmi les raisons invoquées, la production cinématographique qui aurait mal misé tant sur la quantité que la qualité des films diffusés.

D’après Marc-Olivier Sebbag, délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF), l’offre cinématographique, tant en France qu’outre-Atlantique, a été insuffisante tant en quantité qu’en qualité et s’est notamment concentrée sur des suites de blockbusters américains au détriment d’une diversification des genres. Toujours d’après lui, l’offre est en train de s’élargir progressivement et devrait contribuer à améliorer la fréquentation dans les prochains moins.

Un changement de comportement des spectateurs

Toutefois il n’est pas à douter que la crise sanitaire a aussi durablement impacté le mode de consommation des Français, notamment, celle des films, par le développement des offres de VOD. D’après le CNC, depuis la crise sanitaire, les plateformes ont proposé une production importante et variée au bon moment. Ainsi, entre 2019 et 2021, les plateformes Netflix et Amazon Prime auraient gagné pas moins de 5 millions d’abonnés supplémentaires chacun.

Ces chiffres, n’auraient, d’après Marc-Oliver Sebbag, rien d’alarmant et un rebond serait probable pour le dernier trimestre 2022 alors que de nouveaux films et blockbuster sont très attendus à cette période de l’année.

A lire également : Pourquoi les fauteuils de cinéma sont-ils rouges ?

Plus
d'articles